Compagnie Cap Sur Scène

Compagnie Cap Sur Scène

Mère Geneviève Gallois Brise-idoles à Granville, août 2021 !












MÈRE GENEVIÈVE GALLOIS BRISE-IDOLES À GRANVILLE :

NOTE D’INTENTION DE VÉRONIQUE MAAS, AUTEURE ET RÉALISATRICE


Après diverses péripéties et tergiversations, Mère Geneviève Gallois Brise-idoles, spectacle qui n’a pu, comme il était initialement prévu, être donné lors du Festival Mission on the Roc d’août 2020, devrait tout de même être représenté à Granville, mais dans l’édition 2021 du festival. Le Père Guillaume Antoine, qui en est l’organisateur dynamique et dévoué, a réagi à la nouvelle que je lui annonçais par un joyeux
"Deo et tibi gratias !"  Alors, allons-y, et de très bon cœur !
Charlène Lauer avait mis en scène, avec enthousiasme et talent, la première version du spectacle qui a été représenté trois fois dans l’abbatiale de Limon en septembre 2019 et où elle interprétait le rôle de Mère Geneviève "jeune" (vidéo sur Youtube : "Mère Geneviève – Cap sur Scène"). Mais, ne souhaitant plus participer à l’aventure, elle a demandé que la pièce soit repensée avec une nouvelle mise en scène, dans la mesure où nous serions dans un nouveau lieu, avec de nouveaux comédiens.
J’ai d'abord failli abandonner, tant j'étais attachée à ce premier partenariat : texte, mise en scène, répartition des rôles, ch
œur des religieuses de Limon, tout cela s'était si joliment tricoté ! Puis, j'ai relu la pièce et compris que d'autres représentations, avec une autre mise en scène et une autre distribution étaient tout à fait envisageables dans la mesure où le partenariat principal, avec Mère Geneviève Gallois, était préservé : la pièce que j’avais écrite, en y insérant ses propres paroles, ayant l’unique prétention de lui rendre honneur, il suffisait qu'il en soit de même pour la distribution et la mise en scène renouvelées que je proposerais.
Voici donc les modifications que j’ai cru bon d’apporter à la première version du texte et du spectacle.
J’ai coupé une partie du premier tableau (la visite de France Graves à Mère Geneviève), qui était un peu long, et supprimé trois lettres dans la correspondance (enregistrée) entre le Docteur Paul Alexandre et Mère Geneviève, qui, elle aussi, durait un peu trop longtemps.
J'
ai réécrit le rôle de Courtines, professeur aux Beaux-Arts de Montpellier (deuxième tableau) : il évoque davantage désormais le disciple de Cabanel et le partisan de la peinture académique qu’il était, alors que dans la première version, citant Baudelaire et multipliant les figures de style, il ressemblait trop au professeur de lettres que je suis...

J'ai essayé de théâtraliser davantage le texte, notamment dans deux passages. L’un où Petit Placide citait saint Benoît : c'est maintenant Mère Geneviève qui "jouera le rôle" du saint ; et l’autre où Willette évoquait ce que le père de Mère Geneviève lui avait dit en lui confiant sa fille : le père s'exprimera désormais directement.

J'ai aussi, par des didascalies, précisé certaines intentions en accentuant les contrastes entre les personnages, conformément à l'esthétique expressionniste de Geneviève Gallois, telle qu’on la perçoit dans ses caricatures comme dans ses vitraux.

En ce qui concerne la mise en scène à proprement parler, il m’apparaît de plus en plus clairement qu’il s’agit moins de vouloir faire quelque chose d'original, de personnel, de "signé", que de se mettre au service de Mère Geneviève, de ses œuvres picturales et de ses écrits ; de faire interagir, "jouer" ensemble, le plus possible, les multiples aspects de sa personnalité avec les différents modes d’expression dont elle a usé : la jeune femme révoltée, puis la religieuse éprise d'absolu, de prière et de chant grégorien, au caractère entier, à l'humour caustique, d’une part ; avec, d’autre part, ses vitraux, ses gravures, ses dessins, mais aussi ses écrits spirituels, sa correspondance et jusqu’à son personnage du Petit Placide, le disciple de saint Benoît dont elle a, avec beaucoup de fantaisie, raconté et illustré la vie, et qu’on peut considérer comme un double d’elle-même. Je me suis donc employée à faire toujours mieux dialoguer le théâtre, le chœur grégorien, l’orgue et les œuvres visionnées de la religieuse, afin de servir davantage encore Mère Geneviève Gallois et son œuvre tant picturale que littéraire.

Car ne nous y trompons pas : c'est bien de cela qu'il s'agit, avant tout. Le texte de cette pièce, sa mise en scène, les projections, le jeu des comédiens, le grégorien et l'orgue, ne sont là que pour représenter, pour "rendre présente" une figure étonnante, attachante et talentueuse, qui s'appelle Mère Geneviève Gallois. C'est chez elle qu'est l'originalité, le génie même, c'est son œuvre qu'il s'agit de mettre en valeur, de faire connaître. Et je suis convaincue que le jeu en vaut la chandelle : Mère Geneviève Gallois Brise-idoles mérite bien de vivre une seconde vie, et je remercie le Festival Mission on the Roc de l'accueillir dans la belle église Notre-Dame du Cap Lihou à Granville !

 



Voici un lien pour regarder le film du spectacle représenté à Limon à l'automne 2019 :
www.youtube.com/watch

 


 
 

SPECTATEURS ET ACTEURS S'EXPRIMENT : 



    Félicitations et GRAND MERCI pour ce très beau moment ! Pour la pièce elle-même, son rythme, sa mise en scène, ce personnage incroyable qu'on apprend à mieux connaître, pour le jeu des acteurs et actrices, et puis parce que jouée là, dans l'église, au milieu des vitraux, avec les sœurs qui chantaient ou qui jouaient de l'orgue...
Vraiment un grand BRAVO (de la part d'une athée totale, en plus !)
    Martine Debiesse

   Bravo pour ces trois belles représentations : le texte, les acteurs, l'énergie, la justesse, l'organisation, tout était top !
   Je réalise le travail énorme ! Et quelle troupe sympa ! Je vous tire mon chapeau et suis si heureuse que vous ayez pu faire revivre Geneviève Gallois...
   Anne Palayret, à la projection

   Un grand merci ! J'ai trouvé le projet insolite, très intéressant et mené de main de maître par la réalisatrice et le metteur en scène. Exigence, professionnalisme (avec simplicité), compétence... et tout cela dans un esprit très respectueux de la communauté religieuse. Et bravo pour le texte, très beau et très vivant. Cette expérience complète tout ce qui existe déjà de et sur Mère Geneviève Gallois (vitraux, musée, expositions, livres, cartes...) et jouera sans nul doute en faveur de sa postérité. Félicitations à toute la troupe de Cap sur Scène !
    Philippe Lenoble, chef de c
hœur

   Nous venons d'assister à votre spectacle. Quel bonheur ! Quel délicieux moment ! Je n'imaginais pas la créativité et la persévérance de cette merveilleuse femme. Merci à vous de nous avoir offert la possibilité de la connaître !
   Isabelle Courquet

   Merci de tout
cœur à Véronique, Charlène et toute l'équipe pour ce spectacle, j'allais dire cette célébration ! C'était beau et je crois que le message est passé ! Quelle expérience à la fin de ma vie ! MERCI !
    S
œur Marie-Emmanuelle, à l'orgue et à la cithare

    Bravo pour ce spectacle improbable... et réussi !
    Martine Brunet

   Merci pour ce moment hors du temps, hier, à Limon, lors du spectacle sur Mère Geneviève Gallois. Quel beau travail !
   Catherine Robert

  
   
BRAVO ! Hier, l'abbaye entière était dans la joie, la JOIE n'était pas seulement sur scène, elle frétillait dans tous les recoins !
    Sissy Vanère, alias Petit Placide

   Le spectacle était magnifique ! Je vous remercie beaucoup pour la qualité du texte, de la mise en scène, du jeu des acteurs. Tout était très beau.
   Kathia Méral

  
Un grand merci pour l'écriture, la mise en scène, l'organisation de cette pièce présentant à tous Mère Geneviève.
    Qu'il était touchant de rendre ainsi visible le parcours spirituel de cette Sœur !!
    Bravo à l'ensemble de la troupe, à nos Sœurs, et aux participants de l'ombre...
    Très beau projet !
 
    Quelle audace !!
   Marcelle Le Bihan


   
Un grand bravo pour la réalisation de cette pièce. Nous avons eu de très bons échos de cet ensemble très harmonieux. Les sœurs étaient toutes contentes ; c'était drôle de les voir rire, approuver de la tête, tendre l'oreille...
    Christine de Bayser, alias mère Mechtilde

      Magnifique spectacle vu dimanche dernier. Bravo à tous et que d'émotions !
    Marie-Louise Langlais, veuve du compositeur Jean Langlais, dont la musique s'adapte si bien, me semble-t-il, à la pièce.


    Une pièce formidable et pleine de profondeurs.
    Jean-Louis Mas


    Bravo encore pour ce magnifique spectacle qui demande tant de travail et de compétences aussi de tous les acteurs.
     Brigitte Saint-Jullian


    Je vous redis tout le bonheur que j'ai ressenti en assistant à ce spectacle. La mise en scène simple mais parlante dans le cadre de l'église de l'abbaye avec ses vitraux de mère Geneviève qui accompagnent l'interprétation joyeuse d'un texte profond, les chants et l'accompagnement musical notamment à la cithare, tout ceci a donné un spectacle émouvant. Mille mercis.
    Philippe Nicolas, frère de s
œur Marie Emmanuelle

    Merci pour l'envoi du DVD, et encore bravo pour ce spectacle inoubliable, si bien réalisé et filmé, dans lequel je suis heureuse que la musique de mon mari soit à l'honneur. Il en aurait été lui aussi très heureux certainement !
     Marie-Louise Langlais

     Franc succès pour la pièce sur DVD...
     Les sœurs ont bien apprécié... Un destin peu commun mais une grande profondeur... C'est très bien joué, en particulier Mère Geneviève âgée, Mère Geneviève jeune et le petit Placide. Encore merci de nous avoir partagé cette belle œuvre.

     Les religieuses cisterciennes de L’abbaye Notre-Dame d'Igny (Marne)
    

   J'ai vraiment aimé le spectacle donné sur Mère Geneviève Gallois, et j'ai été émerveillée par les acteurs, les chants, les psaumes chantés par les sœurs de la communauté, les décors, la musique de l'orgue...  dans cette  église si priante. Et je vous remercie infiniment, en cette période de confinement, d'avoir mis ce spectacle sur YouTube. Je vais le regarder à nouveau, et comme vous nous permettez de transmettre le lien à des amis, je vais le faire.
    Je vous remercie encore pour ce magnifique spectacle réalisé, si plein de vie, si priant...
    Pascale Morand-Monteil

   Je vous remercie très vivement de m'avoir envoyé la vidéo du spectacle sur Mère Geneviève Gallois. En visionnant ce spectacle j'ai été impressionné par la qualité des textes et du jeu des acteurs. C'est merveilleux de découvrir un peu plus cette grande religieuse et cette grande artiste. Le confinement nous donne du temps pour voir de belles choses ! 
   Thibault Delafon

 



Regardez les photos prises par François Levrat en suivant le lien :  impulsion-naturelle.fr/brise-idoles-images-du-spectacle/

Et ci-dessous, les photos de Laurent Palayret :
 
What do you want to do ?
New mail


    


                                                    


                                                                        


                                                   


 




                                                                                                                                     

 
Vous pouvez commander le livre (17€) !
Il suffit pour cela d'envoyer un chèque de 17€ à l'ordre d'IMPULSION NATURELLE à l'adresse suivante : Véronique Maas / Cap sur Scène, 20 domaine du Pré Launay, 91440 Bures-sur-Yvette, en indiquant si vous voulez recevoir le livre chez vous (en ce cas donnez votre adresse postale) ou le retirer au magasin de l'abbaye.


Mère Geneviève Gallois Brise-idoles : note d'intention du metteur en scène


Je suis tombée amoureuse de Mère Geneviève.

J'aime tant ces personnages forts, bruts, écorchés et finalement un peu désaxés lorsqu'on fouille de près. J'aime tant ce personnage de Mère Geneviève, si tranché qu'il ne laissera jamais indifférent et avec qui on ne peut pas s’ennuyer.

Qui plus est, Mère Geneviève n'est pas qu'un personnage, puisqu'elle a réellement existé.

Artiste et bénédictine dotée d'un fort caractère, on la trouve toujours, à outrance et en toutes choses, à la recherche de l'étincelle brute, première et véritable.

Alors, quelle richesse de travailler à partir de ce qu'elle nous a laissé : les correspondances, les vitraux, les dessins, les peintures, les caricatures,... et aussi de travailler avec son Abbaye, d'y entendre les échos, les murmures et les ouragans (si délicieusement rocambolesques parfois) qu'elle a laissés sur son passage.

Telle qu'elle apparaît dans son histoire écrite par
Véronique Maas, cette "charbonnière" (on la surnommait ainsi aux Beaux-Arts) haute en couleur est un fabuleux prétexte à faire de l'Art brut, du créatif pur, une ode à la création. Ce personnage atypique ouvre les possibles pour une création atypique, dont les codes et conventions se brouillent pour s'enrichir mutuellement. Parce qu'avec Mère Geneviève, c'est le geste artistique qui compte, le geste créatif, le mouvement hautement inspiré.

Ainsi, nous allons tout mettre en mouvement. Le théâtre est reconnu comme étant un art au caractère factice et reproductif. Mère Geneviève donne la fabuleuse opportunité de créer de la vie, de donner vie, vers un faussement vrai, un vraiment faux, et toujours vivant.

Tout d'abord, nous croisons les disciplines. L'expression artistique se démultiplie ainsi sous nos yeux en formes théâtrale, plastique, graphique, video, et musicale, avec orgue et chants grégoriens.

Ensuite, deux univers se rencontrent, celui de l’Eglise et celui des artistes, tout comme Mère Geneviève a fini par les réunir dans sa vie. De plus, cette exploration du brut devient totale lorsque nous avons l'opportunité de jouer dans l'Abbaye et, ainsi, d'expérimenter les origines même du théâtre.

Enfin, le ton est hautement onirique et dynamique, quand le réel et l’imaginaire s'entrechoquent. La présence d'un être imaginaire, Petit Placide, l'épilogue réunissant vivants et morts, le découpage en tableaux, en bribes de vie, en bouts de Mère Geneviève, sont autant d'éléments qui relèvent son caractère hors norme et inspiré, en faisant la part belle au geste créatif, à l'art, à l'art d'être un soi tout brut, tout entier.

Charlène Lauer, août 2019