Compagnie Cap Sur Scène

Compagnie Cap Sur Scène

Charlène Lauer : metteur en scène Cap sur Scène de 2018 à 2020

   


    Comédienne depuis 2002, Charlène débute jeune au sein d’une compagnie professionnelle, jouant classiques et contemporains, théâtre d’improvisation, théâtre de rue, reconstitutions historiques et comédies musicales. Curieuse et passionnée par la scène et l’esprit de troupe, elle assiste déjà la mise en scène, puis intègre le Conservatoire d’art dramatique de Sète (mention TB) avant de décrocher un Master Théâtre et autres arts (mention TB, dir. Catherine Naugrette, Sorbonne-Nouvelle). Elle se spécialise dans la mise en scène et la direction d’acteur, en créant sa compagnie (Oxygène) en 2012, avec laquelle elle signe à ce jour quatre productions, et met en scène plusieurs compagnies. À l’affiche et à l’écran dans différents registres, la critique relève «sensibilité, précision et tempérament» (Arnstam, pour Froggy’s Delight).
    Comédienne, auteur, metteur en scène et directrice artistique, également aujourd'hui en plein essor de ses ateliers de sophrologie-théâtre, elle mène chaque projet dans un esprit résolument laboratoire, au service de la scène et des spectateurs. Son site internet :
https://lauercharlene.wixsite.com/artiste
La bande annonce de L'Invitation au château : youtu.be/f63w0xxY0Bg   


Sissy Vanère : graphiste Cap sur Scène de 2016 à 2020


       Il y a des objets d’art : on les achète, on les collectionne, on les possède. On peut les aimer, mais ce sont tout de même des choses, solides, lourdes, anguleuses, hostiles et bientôt mortes. Sissy et ses œuvres, ça n’est pas tout à fait pareil. Elles sont plus aériennes, plus évanescentes, et pourtant bien vivantes. On les rencontre, on leur parle, à l’une, aux autres. Ne pourrait-on les nommer, dans un seul et même élan de tendresse et de sympathie, plutôt qu’objets objectant, objets obstruant, des « sujets d’art », sujets suggérant, sujets suppliant, sujets surgissant ?
       Sissy, c’est un visage. De grands yeux, et puis trois fois rien : une sorte de lutin poétique et charmant. Si gracieux, mais rien de plus, rien de trop. Ses peintures, de la même manière, sont des personnes. Elles ont des visages surgis de rien, ou plutôt de couleurs mélangées, de formes enchevêtrées, de textures cisaillées. Et soudain, parmi la beauté colorée et luxuriante d’un univers fantasmagorique, voici la grâce bien réelle d’un visage, qui suffit.
      Pendant quatre ans, Sissy n’a plus touché un pinceau. Temps de réflexion, d’approfondissement, pendant lequel elle a creusé, à la fois en elle et en apprenant la gravure, où elle réussit d’ailleurs à merveille. Et puis, en cette année de la Miséricorde, répondant, avec d’autres artistes, à l’appel du curé de l’église Saint-Jean-Baptiste de Belleville, elle s’est mise « au service de la miséricorde » en peignant, dans l’intervalle de deux mois seulement, une vingtaine de toiles splendides d’un mètre sur un mètre, qui ont été exposées au mois de mai dans la Sacristie des mariages de l’église, 139 rue de Belleville, Paris XIXème. C'est devant l'une d'entre elles, "Voici mes mains", que se trouve Sissy sur la photo ci-dessous. Elle a aussi gentiment accepté de m'en laisser utiliser une autre, "Heureux les pauvres en esprit", pour l’affiche du Conte d'Hiver.
       Pendant toute la saison 2016-2017, le Théâtre de la Mare au diable, où nous avons joué le Conte d'Hiver, lui a ouvert ses portes et tendu les bras – ou plutôt offert ses murs, où elle a accroché une quinzaine de ses œuvres, inspirées du Conte d'Hiver. En 2018, elle a réalisé l'affiche du Bourgeois Gentilhomme, et en 2019, celle du Voyageur sans bagage. Les "tableaux de famille", constitutifs du décor, étaient aussi son œuvre. Le spectacle a en outre été l'occasion d'une deuxième exposition, cette fois au Centre Culturel Marcel Pagnol de Bures-sur-Yvette. Enfin, en 2020, elle a réalisé l'affiche des Femmes Savantes.

Véronique Maas, 15/09/2016, complété le 17/06/2020


Le C.E.T.C.A. : Collectif d'Expérimentation des Techniques du Cinéma et de l'Audiovisuel

Association loi de 1901 fondée par 4 professionnels du cinéma et de l’audiovisuel et 3 amateurs passionnés, le CETCA a pour valeurs premières la transmission du savoir et l’initiation au cinéma par la pratique et l’expérimentation.

C’est en 2012 que Sylvain Ladousse, futur étudiant en cinéma, crée Orsay Cam’, un club d’audiovisuel destiné aux passionnés de cinéma et de vidéo souhaitant se former aux techniques du cinéma et mettre en pratique leurs désirs de films. Rapidement rejoint par Guillaume Le Guen (vidéaste et photographe) et Thomas Robert (acteur) ; ils commencent à réaliser des courts-métrages et à former les amateurs qui rejoignent le club, dont Marion Cissoire, Lou Augey, Lisa Krivocheine et Joanne Rongione. Ensemble et au fil des années, ils réalisent également des vidéos institutionnelles, des teasers, des clips, des captations de spectacles…tout en poursuivant et en développant les formations à destination des publics.

Mue par une volonté d’indépendance et par l’envie d’aller plus loin dans l’expérimentation des formes cinématographiques, l’équipe, riche de profils diversifiés et dont la complémentarité s’est révélée nécessaire au cours des nombreux tournages réalisés, fonde le CETCA en 2019.

www.cetca.fr/



Virginie Spiwack : traiteur événementiel

 

Native et amoureuse de la vallée de Chevreuse, il m’a semblé tout naturel de revenir aux sources et d’y installer mes cuisines.

Pour vous surprendre et régaler vos convives, je réalise une grande diversité de mets, entièrement faits maison, et dans le respect des produits que nous offre chaque saison : buffet, cocktail dînatoire, brunch, ou même simplement un gâteau. Tout est possible, il suffit de le demander ! Un thème, une passion, un logo,.. ? Je peux personnaliser vos desserts, ou même l’intégralité de votre réception.

La créativité et la gourmandise sont les moteurs de mon activité.

 
spiwacktraiteur.fr/